jeudi 20 septembre 2007

L'effet "semelles de plomb"...

Il était là, avançant vers moi, me souriant tout en me saluant...Le moment était parfait. Je l'avais pour ainsi dire prévu comme ça. Je L'avais attendu pendant 45 minutes, me repassant la scène, me répétant les mots très précis que j'allais Lui dire, imaginant Sa réponse, ce qui m'avait d'ailleur valu un gros noeud dans le ventre. Malgré cette monté de stress, j'étais décidé. J'avais raté l'opportunité la veille, et la soirée qui avait suivi avait été rempli de remords et de doutes...Je ne voulais pas revivre ça le soir d'après. Je fixais ma montre pour voir le temps s'écoulé jusqu'a qu'Il ne franchisse cette porte et m'apparaisse. J'étais prêt, j'avais (presque) tout prévu, même une réponse négative... C'est là que j'ai entendu la porte claqué derriere Lui. Je connaissais ce claquement, il se produisait à chaque fois que moi même sortait de l'immeuble où nous bossons... Ca y est, la scène que je m'était repassé dans la tête durant les 2 dernieres heures commençait là. Dans quelques seconde, Il apparaitrai de derriere le pillier de béton... Et je ne m'étais pas trompé, Il approchait, me remarquant, me lançant son sourire ( mais quel sourire!!!!!!!) en laissant échappé un "hey" timide. La scène paraissait comme au ralenti, comme si l'on me laissait tout le temps pour démarrer ma "routine". Il était comme d'habitude, beau, souriant, avec un regard qui à le don de vous rassurer et de vous mettre dans une sorte de malaise en même temps... C'est à ce moment que j'AURAI DU m'avancé vers Lui, que j'AURAI DU commencer mon discours que je connaissais par coeur il y a encore dix minutes, et que j'AURAI DU recevoir LA réponse qui me libèrerait de mon stress et de mes doutes... Au lieu de tout ça...RIEN. Je Lui ai renvoyé son sourire, son "hey" aussi, mais tout le reste avait disparu. Mes jambes ne répondaient plus, je ne pouvais pas m'avancer vers Lui, et je ne put commencer mon spitch...que j'avais totalement oublié en 2 secondes. Tout s'était accéléré à présent. Il détourna le regard, et je restai planter là, Le regardant s'éloigner pour aller prendre son bus. Là, des milliers de pensée sont venu m'encombrer le cerveau "dois-je Le rattrapper? mais pour Lui dire quoi? Pourquoi je n'ais pas bouger? aurait Il voulu que je bouge?"...Je suis rester sur place pendant 2 minutes, le temps qu'Il disparaisse, puis je suis parti dans la même direction, non pas pour Le suivre, mais pour rentrer chez moi apres m'avoir convaincu (et réalisé) que cette fois était encore ratée. Sur le chemin jusqu'à l'arret de bus, je L'imaginais, Lui, m'attendant à Son tour dans un recoin, et prêt à me sortir les phrases que j'avais imaginer avant. Mais bien entendu, rien de tout cela n'arriva. Je suis finalement rentré chez moi, dans le même état que la veille, sans comprendre ce qui m'avait empecher de réagir. Demain, je Le croiserais surement au boulot...J'essaye de me convaincre que je Lui parlerais et qu'Il acceptera de me voir en dehors du boulot, tout en sachant très bien qu'au fin fond de mon esprit, une force mysterieuse est prête à intervenir à chaque tentative, prêt à me clouer sur place et m'empecher de dévoiler mes intentions...mais alors, comment faire...???

4 commentaires:

L'Elephant a dit…

Le plus simplement du monde possible, avec tous les bafouillements et les rougissements qui sont les tiens, avec tous tes doutes et tes hésitations, avec toute ta gêne, mais également avec tout ton coeur et tout ton être, avec ta vie et ta douleur, avec tes sentiments véritables, profonds, avec le sentiment que si tu souffres, c'est parce que tu es vivant... Comment faire, sinon en étant toi?

Arnaud a dit…

Attention pour le moment tu ne le connais pas !
Veille a ne pas trop t'attacher préserves toi aussi

Jonathan D. a dit…

Je veux surtout pas te mettre la pression mais... tu lui as prononcé les 6 mots magiques pour vous voir en dehors du boulot ?

Cereal-Killer a dit…

@ Jonathan d. : heu je suis toujour en cours de préparation mental, mais ça devrait pas tarder lol.